Sont présentées ci-dessous les couvertures de mes livres, du plus récent au plus ancien.



Rêveries d'un chercheur solidaire
La ville brûle, 2016.

On souffre désormais autant que l'on jouit du progrès. C'est le moment de faire une pause pour partager le meilleur et réfléchir ensemble à la suite du monde.

Reveries.png






















L'humanitude au pouvoir - Comment les citoyens peuvent décider du bien commun
Seuil, 2015.

Enfin une bonne nouvelle en politique : on peut se fier à la capacité des citoyens à raisonner et à décider dans l'intérêt public ! "Humanitude". C'est ainsi que l'auteur baptise l'étonnante capacité des simples citoyens à comprendre les enjeux, à réfléchir, à délibérer et à prendre des décisions au nom de l'intérêt commun de l'humanité. Cet état transitoire se manifeste chez les personnes invitées à constituer des jurys citoyens pour trouver une solution à un problème d'intérêt général.

humanitude.gif humanitude-verso.gif



Faire des enfants demain
Seuil, 2014.

Trente-cinq ans après le premier « bébé-éprouvette », près de 3 % des enfants sont conçus avec l’aide de la biomédecine dans les pays industrialisés. Qu’en sera-t-il dans les décennies à venir ? S’il ne s’agit, selon la loi actuelle, que d’aider les couples stériles, l’assistance médicale à la procréation a désormais atteint ses buts avec l’optimisation des actes biologiques et médicaux. Mais la technique, sous couvert de médecine de pointe, cherche toujours à agrandir son territoire et à régenter nos vies, même lorsque la nécessité ne s’impose pas… Aussi, puisqu’aujourd’hui la régulation bioéthique fait l’objet d’une permissivité croissante, la question se pose de savoir jusqu’où ira la médicalisation de la procréation, et comment la société pourra en maîtriser les dérives sociétales et eugéniques. Devrons-nous aller jusqu’à compter sur la décroissance économique pour, mieux que les lois de bioéthique, imposer des limites à la démesure technoscientifique ?

Faire_des_enfants_demain.png



A qui profitent les OGM ?
CNRS Editions, 2012.

Les plantes transgéniques permettent-elles de disposer de produits de meilleure qualité ? De meilleur goût ? Se conservant mieux ? Bénéfiques pour la santé ou pour l'environnement ? Voilà les questions que la stratégie des entreprises de biotechnologie a permis qu'on ne se pose pas.






Labo-planète. Ou comment 2030 se prépare sans les citoyens
avec Catherine Bourgain et Agnès Sinaï,
Fayard, coll. Mille et une nuits, Paris, 2011.

La situation actuelle de la planète et celle des humains qui l’habitent, décrite partout comme inquiétante, n’est pas une péripétie banale de l’histoire. L’humanité intervient désormais de façon majeure sur sa nature propre, sur son évolution et sur l’ensemble de la biosphère. Cette situation interroge la recherche scientifique et technique. Pour autant, les acteurs de la technoscience n’ont aucune légitimité à définir seuls les programmes. Pourquoi autant d’investissements pour les plantes transgéniques et aussi peu pour les méthodes culturales écologiques ? Pourquoi les thérapies géniques et pas plus de recherches sur les maladies contagieuses des pays du Sud ou sur l’impact des nouvelles molécules chimiques ? Pourquoi de nouvelles machines nucléaires et pas plus de recherches sur la relocalisation de l’économie ? Ce que sera le monde demain dépend de ce qui se passe aujourd’hui dans les laboratoires. C’est pourquoi les orientations scientifiques comme les développements technologiques ne peuvent plus être laissés entre les mains de quelques spécialistes, ni pilotés par les seuls désirs de profit ou de puissance. L’heure est à une mobilisation des consciences et un dialogue renouvelé entre scientifiques et citoyens.

Agnès Sinaï est journaliste environnementale, maître de conférence à Sciences-Po Paris, membre du comité de rédaction de la revue Entropia.
Catherine Bourgain est chargée de recherche en génétique humaine à l’Inserm, secrétaire de la Fondation Sciences citoyennes.






OGM : quels risques ?
Ed. Prométhée, Collection Pour ou contre, 2007

Yves Chupeau - Jacques Testart

Les OGM font peur.
C'est pour permettre à chacun de se forger sa propre opinion que les ouvrages de la collection "Pour ou contre ?" réunissent sur un même sujet les avis de deux experts aux points de vue différents dans un langage clair et accessible.






Petit florilège naturaliste
Ed. Belin, 2006

A reçu le prix spécial du jury du 5ème Festival du Livre Nature et Environnement en Brenne (Le Blanc), le 20 mai 2007.

Dans ce livre, Jacques Testart a rassemblé des définitions publiées en 1770 dans une encyclopédie (la première ?) destinée aux voyageurs et aux amateurs de cabinets d'histoire naturelle et de curiosités, écrite à l'origine pour amuser le lecteur tout en l'instruisant.
Illustrations de Christine Noiville, spécialiste du droit du vivant et directrice de recherche au CNRS.





Le vélo, le mur et le citoyen
Ed. Belin, 2006

A reçu le prix littérature Science et Société de l'association Sapience, le 31 mars 2007 à Mandelieu la Napoule

L'auteur pousse ici un cri de colère : quand les plantes génétiquement modifiées ne tiennent pas leurs promesses, quand leurs risques ne sont pas sérieusement évalués, quand les critiques sont systématiquement discréditées, que reste-t-il de la science ?





Réflexions pour un monde vivable
Ed. Mille et Une nuits, 2003

Durant trois années, sous la présidence de Jacques Testart, la Commission Française du Développement Durable (CFDD, placée sous l'autorité du Premier ministre) s'est saisie des principaux enjeux en matière d'environnement et de santé publique : OGM, nucléaire, émission de gaz à effet de serre, principe de précaution...





Le vivant manipulé
Ed. Sand, 2003.

La période récente est exceptionnelle dans l'histoire de l'humanité, car celle-ci peut envisager pour la première fois sa propre modification.
L' Homme se trouve ainsi confronté à une réalité à la fois stimulante et pleine d'incertitudes qui va l'amener à faire des choix pour l'avenir de l'espèce : quelles limites poser pour la construction d'une humanité normale ? jusqu'où la police moléculaire va-t-elle débusquer des déviances génétiques qu'on prétendra insupportables ? Jacques Testart nous rappelle ce qu'est la fonction de procréation, quels moyens logiques ou magiques les différentes civilisations ont inventés pour favoriser la conception, ou plus souvent pour l'empêcher.





Au bazar du vivant: Biologie, médecine, bioéthique sous la coupe libérale Avec Christian GODIN.
Ed. du Seuil, 2003.

La science est-elle encore au service de l'Homme ? Le vivant et ses secrets, l'humain et ses mystères ont-ils les moyens d'échapper aux lois du marché ? La biologie, la médecine ne représentent-ils pas aujourd'hui des enjeux industriels et financiers trop lourds pour s'encombrer d'une morale ? Sur ces questions brûlantes, un biologiste et un philosophe se livrent à un dialogue éclairant, nourri d'exemples concrets : décryptage du génome humain, clonage, assistance médicale à la procréation, thérapies géniques... Un appel à la raison éthique contre la tyrannie économique, un cri d'alarme à l'adresse des citoyens...





Procréation et manipulation du vivant
Ed. France Loisirs, 2000.

Il est légitime de se réjouir de certains apports de la technoscience du vivant au bien-être de l'humanité. Ainsi, la manipulation génétique de cellules cultivées, transformées en usines biologiques à produire les médicaments; ainsi, la maîtrise cellulaire de la procréation, permettant à des couples stériles de procréer.
Pourtant, ces apports ne doivent pas cacher d'autres développements, acquis ou à venir, qui constituent le revers négatif de l'innovation, aussi sûrement que la brûlure est une conséquence de l'invention du feu.





Des hommes probables. De la procréation aléatoire à la reproduction normative
Ed. Seuil, 1999.

Ce livre retrace les chemins, entrecroisés depuis vingt ans, de la science biologique, de la médecine de la procréation et de la réflexion bioéthique. Il veut démêler les avancées véritables d'avec les fausses révolutions techniques et les principes moraux authentiques d'avec les hypocrites résolutions éthiques. La biologie de la procréation, en retard de science pour cause de tabou, vient d'enjamber allégrement le temps des connaissances, en profitant des acquis de disciplines voisines, ou même, se faisant d'abord médecine, en agissant avant de bien savoir. L'analyse du génome produit des informations dont l'acuité croissante augmente la pression probabiliste sur tous les domaines de l'existence : santé, longévité, performances physiques, adaptation au travail, assurances, etc. Il était inévitable que la procréation médicalisée, détenant de nombreux embryons disponibles, propose d'intervenir au départ pour choisir, parmi ces personnes humaines potentielles, des enfants de qualité probable, bien que largement imprévisible. Mais, puisque la procréation est le lieu même d'où émane la personne, on peut craindre que la prédiction ne finisse par désenchanter le monde en prétendant le maîtriser. La production d'humains probablement acceptables semble bien être conforme au désir parental, au projet médical, aux besoins du marché et à la bonne gestion des sociétés. Résister, c'est tenter de rendre l'éthique moins soluble dans le temps afin de diluer la violence de cette mutation





Eve ou la répétition Roman.
Ed. Odile Jacob, 1998.

Paris : un gigantesque mur d'enceinte sépare les quartiers privilégiés des zones périphériques.
La jeune Eve, membre du comité d'évaluation génétique, observe le monde qui l'entoure. Un jour, d'étranges messages reçus sur son ordinateur viennent bouleverser sa vie. Son père, chercheur biologiste, aurait-il découvert le secret du clonage humain avant de mourir et aurait-il tenté ses expériences sur sa propre fille ? Au travers d'une fable scientifique qui mêle suspense et émotion, Jacques Testart nous alerte sur les implications éthiques que poserait la possibilité du clonage humain





Pour une éthique planétaire Avec Jens REICH.
ARTE Ed., Mille et Une nuits, 1997.

Le procès de la physique dans la première moitié du siècle nous ont légué Hiroschima puis Tchernobyl. Sans plus de débat démocratique, ni de contrôle des objectifs, la génétique et la biologie ont pris le flambeau pour le meilleur -l'élimination des maladies-, mais aussi pour le pire - la sélection des espèces humaines-. Jacques Testart, biologiste, père de la fécondation in vitro, et Jens Reich, biophysicien, analysent les enjeux risqués du progrès et débattent d'une éthique nécessaire au cœur de la cité.





Des grenouilles et des hommes. Conversations avec Jean Rostand
Ed. Stock, 1995.
En édition de poche: Points Seuil, 2000.

D'un côté, la Nature. De l'autre, la Cité. Au milieu : le Savant : et en particulier, la figure de Jean Rostand comme repère, comme régérence et comme exemple.
Dans les travaux et les écrits de Jean Rostand, Jacques Testart retrouve l'essentien des préoccupations qui l'agitent depuis des années et il entame avec lui une surprenante conversation. Il y est question d'un monde scientifique à la recherche du sens. On y reconnaît des êtres vivants admirables qu'ils aiment tous les deux. Et, s'ils divergent quelquefois sur les enjeux de quelque progrès nouveau, ils restent ensemble convaincus que l'homme doit maîtriser cette maîtrise même qu'il s'arroge sur les choses.





La procréation médicalisée
Ed. Flammarion (Dominos), 1993.

La procréation médicalement assistée (PMA) donne aux couples des chances de procréer dans presque toutes les situations d'infécondité.
Pour Jacques Testart, directeur de recherche à l'INSERM, il est à craindre que l'alliance inévitable de la génétique avec la PMA crée un contexte à la fois savant et bienveillant, conduisant les générations futures vers la chosification de l'homme.





Le désir du gène
Ed. François Bourin, 1992.
En édition de poche : Flammarion, Champs, 1994.

L'eugénisme, théorie scientifique qui vise à améliorer les qualités de la race humaine, est depuis la Seconde Guerre mondiale identifié à l'horreur du nazisme.
Ainsi croit-on que la volonté d'éliminer les individus non conformes et de cultiver les meilleurs est liée à une idéologie totalitaire et que la démocratie, à elle seule, nous protège des dérives eugéniques. Jacques Testart montre avec précision comment les performances techniques, dans le domaine de la reproduction, saluées comme d'extraordinaires avancées de la science, ouvrent, au contraire, la porte à un nouvel eugénisme démocratique, doux et insidieux. Extraits en nombre du corps maternel, les embryons peuvent être soumis à l'analyse génétique pour déterminer les caractères normaux ou anormaux de l'enfant potentiel.
Désormais la science permet de trier, sans larmes ni souffrance, les bons et les mauvais humains et va offrir aux parents le choix de leur enfant. La biomédecine prétend maîtriser la reproduction; l'enjeu essentiel est maintenant de savoir comment les citoyens maîtriseront cette maîtrise.





Le Magasin des Enfants Collectif, sous la direction de J. Testart.
Ed. François Bourin, 1990.
En édition de poche : Gallimard, Folio, 1994.

Le Magasin des enfants, ouvrage collectif réunissant autour de Jacques Testart médecins, sociologues, psychanalystes et juristes, apporte la contradiction à de nombreuses interprétations en usage dans les discours aujourd'hui répandus sur la procréation médicalement assistée (PMA).
Aucun des auteurs réunis ici ne demande l'abolition de la procréation artificielle, mais tous souhaitent que soient définis son territoire et ses modalités d'intervention, afin de préserver des valeurs infiniment plus précieuses à l'humanité que la satisfaction d'intérêts ou de besoins particuliers. Ce qui apparaît dans ces pages, c'est un humanisme moderne indépendant des dogmes, des religions ou des mythologies nouvelles secrétées par les techno-sciences.





Simon l'embaumeur, ou la solitude du magicien Roman.
Ed. François Bourin, 1987.
En édition de poche: Gallimard, Folio, 1988.

Simon est chercheur. Non conformiste, mal à l'aise au sein de la communauté scientifique, il observe sans complaisance le genre humain. Ses inventions - du paquet-cadoeuf au bordel à chats - paraissent vaines ou cocasses mais elles font l'actualité et lui permettent de vivre.
Jusqu'au jour où Simon rencontre un étrange homme gris, sorte de double de lui même, qui changera le cours de son existence.





L'oeuf transparent
Ed. Flammarion (Champs), 1986.

Jacques Testart fait le point sur l'évolution très rapide des techniques et des méthodes disponibles qui permettent aujourd'hui une maîtrise inconnue jusqu'alors de la procréation in-vitro.
Mais surtout, il expose avec passion et dans une langue très claire et vivante, les problèmes biologiques, sociologiques et humains qui découlent d'une nouvelle condition sans précédent dans l'histoire. Qu'est-ce que cette procréation assistée ? Quel est le statut d'un œuf humain ? Quelles seraient les conséquences d'un contrôle systématique de l'identité de l'œuf produit en éprouvette ? Michel Serres, dans sa préface, analyse en philosophie les questions éthiques que soulève ce nouveau progrès des sciences de la vie.





De l'éprouvette au bébé spectacle
Ed. Complexe, Coll. Le Genre Humain, 1984.

Dans ce livre, l'auteur analyse avec humour et lucidité le rôle joué par les média dans le lancement de ce bébé-éprouvette, sans esquiver les questions d'éthique que pose une telle innovation scientifique.